Publié dans La vie

J’ai descendu dans mon jardin…

Chroniques de mars et avril :

Loup blanc
Ces derniers temps, les plantes retrouvent la vivacité que l’hiver a fait taire et le jardin-forêt qui longe notre maison devient, comme chaque année, féerique en avril. Le sous-bois se recouvre d’un enivrant tapis de jacinthes sauvages et si vous regardez bien, vous pouvez apercevoir des lutins cueillir les jolies fleurs pour s’en faire des chapeaux.Les petites créatures sont discrètes car elles savent bien qu’un grand loup blanc se promène également entre les arbres, et bien qu’il soit d’une extrême douceur, il pourrait malencontreusement s’allonger sur l’une d’entre elles.

Jacinthes

Les insectes, eux aussi, sont de retour et vont de fleur en fleur, toujours un peu plus lourds, les pattes chargées de pollen.

Si vous levez la tête, vous pouvez observer trois jeunes écureuils envoyés à l’aventure par leurs parents. Pour l’instant, ils jouent encore dans les branches mais bientôt, il leur faudra trouver à manger.

Au moment de changer l’heure, on découvre avec surprise qu’une famille rouge-gorge s’est installée à l’arrière de l’horloge du jardin. Dans les airs, en effet, le ballet des oiseaux recommence. Rouge-gorges, mésanges, merles, ramiers, tous s’activent afin de trouver le matériau idéal.
Ramier
Mésange
Rouge-gorge

On apprend à reconnaître le chant des volatiles, va-t-il pleuvoir, quelle heure est-il ? Ecoutez bien et vous saurez !

Et depuis des jours déjà, il pleut sans cesse, les plantes se couchent sur les chemins, et l’on profite des éclaircies pour mettre le nez dehors.

Banc

Publicités

Auteur :

Jeune blogueuse de 25 ans, je m'intéresse à tout : création, culture, mode, sciences, etc.

6 commentaires sur « J’ai descendu dans mon jardin… »

    1. Ca lui va bien au teint !
      Je me demande comment on peut distinguer notre chien parmi plusieurs bergers blancs… nous comptons en adopter un autre dans un an et j’ai peur qu’on soit incapable de les différencier !

      1. Nous avons plusieurs fois laissé Jedi jouer avec d’autres Bergers blancs (même avec des « parents » à lui, tante et frères ) , ils se mélangeaient bien et nous le reconnaissions toujours sans hésitation. Il y a pleins de mini différences flagrantes. Dans la taille, le poil, la tenue des épaules, de la tête ou de la queue. Vous les différencierez, assurément !

Laissez-moi un petit mot, j'adore ça !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s