Publié dans Découverte

Jessica Jones, la dépendance affective selon Marvel

La dernière série Netflix/Marvel est consacrée à un personnage que je ne connaissais pas avant : Jessica Jones. J’ai commencé à visionner les épisodes avec un excellent a priori puisque j’avais adoré leur version de Daredevil (dont je vous avais rapidement parlé l’année dernière).

jessica jones 1

Pour vous le dire tout de go, j’ai beaucoup aimé. Le personnage principal déjà, une femme si fine qu’on penserait pouvoir la briser en deux d’une pitchenette entre les côtes. Evidemment, il n’en est rien, on est chez Marvel tout de même. Jessica Jones possède une force incroyable (sans devenir verte, ce qui est indéniablement un avantage) et elle travaille à son compte comme détective privée. Et ce qui la différencie catégoriquement de Matt Murdoch/Daredevil, c’est le fait qu’elle assume totalement son statut de super.

Une enquête l’amène à devoir faire face à son passé. Son passé, c’est sa relation avec Kilgrave, un super vilain pouvant contrôler les gens par la pensée. Homme toxique et narcissique, il s’est mis en tête que Jessica l’aimera un jour sans qu’il n’ait besoin de l’y obliger. Seulement, sous son emprise, Jessica a dû tuer quelqu’un…

Cette première saison, selon moi, traite donc de dépendance affective. Jessica lutte, Jessica tremble, Jessica craint, Jessica se bat, Jessica veut en finir avec cette histoire mortifère qui la hante constamment. Mais c’est difficile, ça ronge. Et puis, Kilgrave est terriblement charismatique, comment être sûre de résister ? Naturellement, la série traite d’autres thèmes mais celui-là, à cause de mon expérience personnelle, m’a beaucoup touchée. Je ne pensais pas du tout m’identifier au personnage de Jessica Jones mais c’est ce qui s’est passé. Toute proportion gardée. Cette première saison, donc, c’est le cheminement émotionnel, intellectuel et physique de J. Jones pour se sortir de cette relation destructrice.

jessica jones 2

Comme dans Daredevil, on nous présente un personnage abîmé qui utilise la ville comme cabinet de psy. Les images sont belles, l’ambiance est sombre et les autres personnages sont très intéressants : la meilleure amie animatrice radio qui cache une gentillesse sans limites , Luke Cage l’increvable ( qui aura droit à sa série à lui !), et Kilgrave, joué par le talentueux David Tennant. Autant de raisons qui font que cette série vaut le coup d’œil !

Et alors, meilleure ou moins bonne que Daredevil ? Moins bonne que la saison 1, meilleure que la saison 2 (les ninjas, ça va deux secondes).

Avez-vous vu Jessica Jones ? Qu’en avez-vous pensé ?

 

Publicités

Auteur :

Jeune blogueuse de 25 ans, je m'intéresse à tout : création, culture, mode, sciences, etc.

6 commentaires sur « Jessica Jones, la dépendance affective selon Marvel »

  1. Je ne sais pas si cela parle vraiment de « dépendance affective ». J’y ai plutôt vu une espèce de métaphore géante autour du viol et de la culpabilité de la personne violée (exprimée notamment par le fait d’avoir tuée la femme de Luke « malgré elle » : elle l’a pas voulu, mais elle reste la personne qui l’a poussée sous les roues du bus) avec comme fuite en avant pour Jessica le fait d’être quasiment indestructible…

    Qu’est-ce qui peut être pire que ce qu’elle a vécu avec Kilgrave quand elle a l’impression que rien d’autre ne « parviendra » jamais à la faire autant souffrir ? C’est un peu l’impression d’avoir tellement touché le fond que rien ne te permettra de revoir la lumière du jour. D’où le fait qu’elle rejette absolument tout et tout le monde, et qu’elle soit insensible à la dose d’alcool qu’elle s’enfile chaque jour. C’est même plus de l’anesthésie, c’est… de la fuite, qui n’a jamais de fin.

    De ce point de vue-là, je trouve la série presque brillante. Et j’ai eu beaucoup moins de mal à accrocher avec Jessica qu’avec Matt Murdock. Concernant Daredevil, je suis toujours bloquée à l’épisode 3, rien ne me motive à continuer malgré tout le bien que j’en entends… 🙂

    1. Je pense de toute manière qu’il y a différentes façons de « voir » Jessica Jones. Ton interprétation me semble assez juste aussi !
      Pour Daredevil, faut pas se forcer. C’est un personnage un peu moins sympathique…

  2. Coucou !
    J’ai beaucoup apprécié ton article. Je n’avais pas pensé au fait que Jessica soit victime de dépendance affective.
    Mais ton observation est juste quand on y réfléchit.
    J’ai beaucoup aimé cette série. Les acteurs sont géniaux. Mention spéciale pour David Tennant, qui joue Kilgrave, car il donne plusieurs facette à son personnage. J’ai enfin pu aimer un personnage méchant ! 🙂
    Je trouve cela assez décevant qu’il ne revienne pas dans la saison 2, mais je regarderai tout de même car j’avoue admirer un peu Jessica Jones.
    Bises !

    1. Merci beaucoup pour ton gentil commentaire !
      Je trouve que les séries perdent souvent en intérêt si les méchants ne changent jamais de tête, espérons cela dit qu’ils trouvent un acteur aussi talentueux que Tennant !

Laissez-moi un petit mot, j'adore ça !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s