Publié dans Interrogations, La vie

Vivre avec des animaux et changer

Ca n’était pas gagné d’avance, surtout avec les chiens.

Je me rappelle avoir eu une chatte quand j’étais petite, du doux nom de Graphite en raison de sa belle couleur noire. Puis après l’avoir perdue, nous n’avons jamais plus eu d’animaux de compagnie. Si dans ma famille étendue, certains de mes oncles et tantes ont des chiens depuis presque toujours, mon père et ma mère, ça n’était (ça n’est toujours pas) trop leur truc. En plus de cela, mon papa, quand j’avais 6 ans, a déclaré une allergie peu sympathique aux poils de félidés et je crois aussi que ma mère n’aime pas beaucoup les chiens et qu’elle m’avait transmis une sorte de peur systématique des toutous.

Donc, résultat, pas de petites bêtes chez nous.

Mais quand je me suis installée chez monsieur mon mari, je me suis soudain retrouvée entourée de trois vieux chiens poilus, deux chats noirs et un âne. Pour quelqu’un qui n’a jamais vécu entouré d’animaux, la transition était assez brutale. Mais finalement, la cohabitation entre eux et moi, sans être dans l’extrême proximité, s’est bien passée. Entre temps, nous avons aussi adopté un autre chat, Ragnar, celui qui est mort d’une PIF et dont j’ai parlé à plusieurs reprises.

Puis, quand les trois vieux chiens nous ont quittés, à tour de rôle, nous nous sommes dit que nous voulions recréer une meute, progressivement.

Mes beaux-parents ont adopté à ce moment-là un petit chien de chasse et quelques mois plus tard, nous avons accueilli chez nous notre beau loup blanc. Enorme coup de foudre et d’amour pour cette grosse bête d’une gentillesse et d’une intelligence incroyables. Iskko m’a réconciliée avec l’espèce canine, et plus particulièrement avec les bergers de type allemand, même si je le trouve subjectivement bien plus beau et rassurant que les bergers allemands.

P_20140810_173901

Puis, comme vous le savez, ô vous lecteurs attentifs de ce blog, deux nouvelles petites boules de poils nous ont rejoint en ce début d’année universitaire. Les deux chatons sont un véritable plaisir au quotidien, tant dans les câlins que dans les jeux.

Je suis devenue complètement gaga des animaux en tous genres. Les documentaires animaliers me font à chaque fois pleurer d’émotion tant la vie et la beauté des animaux me fascinent. Je crois que mes bêtes m’aident aussi tous les jours à avoir plus confiance en moi, en la vie. Leur amour naturel, et dans le cas des chiens, leur besoin d’être avec nous m’apportent plus que je n’aurais jamais pu l’imaginer. Ils sont toujours là pour nous, et je sais qu’ils nous comprennent. Avec mes animaux, j’ai laissé ressortir des émotions que j’avais enfouies pendant un temps et qui me manquaient énormément.P_20140428_183728

Bon, avec l’âne, l’attachement est quand même plus limité. Je le nourris et voilà, il est heureux et ça me convient bien.

Et puis, même si je suis plus à l’aise qu’avant avec les chiens, je ne serai toujours pas rassurée avec ceux que je ne connais pas. Je suis gaga, mais pas totalement insouciante. 😀

Et vous, vous avez des petites et moins petites bêtes ? Etes-vous aussi des mous de la paupière quand vous regardez des documentaires animaliers ?

Bises poilues,

Adèle

Publicités

Auteur :

Jeune blogueuse de 25 ans, je m'intéresse à tout : création, culture, mode, sciences, etc.

3 commentaires sur « Vivre avec des animaux et changer »

  1. c’est dommage on ne voit pas les photos.
    Dans mon enfance j’ai toujours été entourée d’animaux (dont des berger allemand…la race préféré de mon papa, il n’a eu que ce type de chien) on a eu aussi un caniche que j’aimais beaucoup, des chats, des poissons, des cochons d’indes, des cailles, des poules. Les animaux sont des compagnons formidables pour les enfants (à condition qu’ils soient habitués, certain n’aime pas les enfants).
    Malheureusement je suis devenue allergique au chien, chat, cochon d’inde, lapin et cheval…
    Il n’est donc plus possible d’avoir d’animaux (sauf poisson, mais le notre est mort le mois dernier…)chez nous tant que nous sommes en appartement du moins.
    j’ai toujours mes chevaux, mais ils sont à une heure de route, mon père les voit plus souvent que moi…
    je n’ai pas une grande expérience avec les Ânes, mais ils sont proches des chevaux, se sont des animaux grégaire, très sociables (très gourmand aussi), mais il est possible de lier une relation forte avec eux. Avec la jument on se fait des séances de grattouilles, elle me masse le dos c’est génial!. Avec le gros, non il est trop brute et trop taquin, il fait souvent semblant de me mordre (sans jamais le faire) et me vole mes brosses pour les jeté plus loin…Dans le monde du cheval, les ânes sont réputé plus intelligents que les chevaux. Un attachement est possible, c’est juste différent des chiens. Ce ne sont pas les même animaux.

Laissez-moi un petit mot, j'adore ça !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s