Publié dans La vie

I comme impatience contrecarrée

Carli Jean Miller - Unsplash.com
Carli Jean Miller – Unsplash.com

Vous connaissez tous cela, les minutes dont on a besoin passent trop vite et les minutes qu’on aimerait voir parties lambinent en nous narguant.
En ce moment, j’aurais envie qu’elles se pressent et qu’elles ralentissent en même temps. Dans deux semaines, mon fiancé et moi ne serons plus fiancés mais bien l’alliance au doigt et un livret de famille à ranger. Et avant le grand jour, c’est encore la course. Comme à mon habitude, je ne suis pas stressée alors que ça ne pourrait pas faire de mal. Il reste encore pas mal de détails à régler, et plus je me dis qu’il faut s’en occuper, plus la procrastination prend possession de mon esprit.
A vrai dire, je me sens dans un état entre-deux. Pressée que le jour du mariage arrive pour revoir ma famille, manger, danser, papoter, rigoler, pleurer. Mais je sais que ce jour passera bien trop vite, alors d’un coup, je veux que le temps s’arrête.
Mais en parallèle, j’ai dans la tête les vacances de noces (nous ne partons pas sur une île à l’autre bout de la terre, mais sur une île pas loin, avec ses petites fleurs frappées par le vent salé), et j’ai vraiment besoin de ces vacances. Notre année universitaire (chacun son côté de l’estrade mais avec beaucoup de travail de part et d’autre) a été fatigante et nous rêvons de nous prélasser sur la plage et dans les criques, de reposer un temps nos cerveaux en ébullition. Et pour rejoindre au plus vite le sable et les vagues et accessoirement les petites méduses, il faut que le mariage soit passé.
Alors, c’est bien ça, j’ai besoin de temps rapide et lent à la fois. Mon fiancé me dit toujours, à raison, qu’il ne faut pas souhaiter que le temps passe vite. Le temps passé est irrécupérable et nous avons tôt fait de le regretter amèrement.

Hé bien, je vais donc profiter de chaque minute comme il se doit. Mais…je suis incorrigible. J’ai passé une commande de vêtements il y a deux jours, et alors même qu’on est dimanche, je passe mon temps à observer où en est mon colis.

Impatience quand tu nous tiens, tu colles très fort.

signature

Publicités

Auteur :

Jeune blogueuse de 25 ans, je m'intéresse à tout : création, culture, mode, sciences, etc.

6 commentaires sur « I comme impatience contrecarrée »

  1. Félicitations encore une fois Adèle ! J’ai hâte d’avoir des nouvelles de ce beau jour et des photos !!!
    (je voulais prendre des nouvelles mais je n’ai pas ton adresse mail). Bisous et profite de tes vacances ❤
    Lucile

Laissez-moi un petit mot, j'adore ça !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s